Le partenaire idéal

Le partenaire idéal

« Vais-je rencontrer le partenaire idéal ? » C’est une requête très souvent formulée. Certains cartomanciens prennent le temps (et l’argent) d’y répondre. Pas moi. Si tu me poses la question, je te répondrai systématiquement « oui ». Autant ne pas perdre de temps.

Pourtant, ce que tu attends risque de ne pas correspondre à ce qui va inéluctablement arriver.

Tu auras pris le temps d’écouter les préconisations de ce gourou New-Age te suggérant de visualiser l’objet de tes désirs, voire pourquoi pas, d’en faire un tableau. Ta sorcière wiccane t’aura rappelé de bien envelopper tes voeux de gratitude avant de lâcher-prise. Car c’est bien connu; les jumeaux Gratitude et Lâcher-Prise sont la clé. Tu compteras même sur les mouvements des planètes. D’ailleurs profite, Vénus rétrograde ce mois-ci ….

Pourtant, le temps va passer et tu vas rester désespérément célibataire. Ou alors tu vas répéter inlassablement les mêmes histoires. En appuyant bien sur les blessures des précédentes. Et tu arriveras probablement à la conclusion que « tous les hommes sont des connards » et « toutes les femmes sont des putes ». ****

« Mais qu’est ce qui cloche dans ma wish-list ? » Alors oui, Léo ressemblait comme deux gouttes d’eau à mon idéal masculin. Tony est venu me chercher alors que je n’avais rien demandé. Jo ne cesse de me regarder … tout ça pour ne pas venir me parler. Tous ces hommes ressemblent à ce que j’ai demandé mais il y a toujours une couille (voire les deux) dans le potage. Ils ne s’engagent pas. Ils me trompent. Ils me font souffrir. Ils sont de passage etc …

Dans un éclair de lucidité, tu te rendras compte que le point commun entre tes rencontres, c’est toi. Je te connais, tu vas aller chercher des réponses dans le karma et le transgénérationnel. Ton thème astral pourrait éventuellement apporter quelques réponses. Et peut-être arriveras-tu à te poser enfin la bonne question. La seule question valable.

Et si c’était à moi d’être un partenaire idéal ?

Je suis MON partenaire idéal

Cette manie d’aller chercher ailleurs ce qu’on a gratuitement à portée de main. Ce n’est pas à quelqu’un d’autre de te rendre heureux.se. Ce n’est pas à quelqu’un d’autre de te rassurer. Ce n’est pas à quelqu’un d’autre de répondre à tes besoins matériels et émotionnels. Si tu n’es pas capable de prendre cette responsabilité, c’est lourd et inapproprié de vouloir le faire porter à quelqu’un d’autre.

Personne ne te trahit : tu te trahis.
Personne ne t’abandonne : tu t’abandonnes.
Personne ne te rejette : tu te rejettes.

Tu te trahis car, assoiffé.e d’être en couple et ayant peur de la solitude, tu acceptes n’importe quoi, de n’importe qui.
Tu t’abandonnes à la merci du premier venu qui pourrait, en apparence, correspondre à tes critères.
Tu te mets toi-même au rebut en croyant que personne ne veut de toi.
A force de te focaliser sur cette stupide visualisation, tu vas attirer à toi tout ce qui te ressemble, tout ce qui est nécessaire à tes prises de conscience. Et c’est pour cela que lorsque tu me demandes si tu vas rencontrer le partenaire idéal, ma réponse est toujours affirmative.

Tu rencontreras des chiens de la casse, jusqu’à ce que tu apprennes à prendre soin de toi.
Seul.e
En ayant pris conscience des mécanismes de dépendance affective, des manques, des peurs, des blessures qui te sont propres.

Je suis LE/ LA partenaire idéal

Alors non, je ne suis pas de ces thérapeutes qui te parlent de rayonner de lumière, gnagnagna. Par contre, je vais t’inviter à aller visiter tes ombres. Et quitte à utiliser les énergies de la Lune, cette Lune du 7 mai tombe en Scorpion. Tu vas être servi.e.
Connaître ses ombres, c’est se connaître. Et même ce qu’on peut juger comme des défauts est aimable et doit être aimé. De toute façon, soyons d’accord sur le fait que lorsqu’une dispute éclate, c’est rarement à cause de tes qualités. Et ce sont rarement lesdites qualités que ton ego met en avant …
Ces ombres, c’est tout ce que ton Ego, ce protecteur, veut cacher. Parce que ça pique, ça te fait peur, tu en as honte. Je te le redis, cette partie de toi aussi est aimable. Il ne s’agit pas de se lamenter ni de se flageller, mais de se connaître : « renaître avec« . Si c’est vraiment nécessaire de les transmuter, soit, transmutons. Mais je crois que si ton Ego les a placées là, il est bien plus intéressant d’étudier leurs mécanismes, quand elles se déclenchent, comment elles se manifestent.

C’est alors qu’au lieu de chercher en dehors le partenaire idéal, tu deviendras ce Partenaire idéal. Tu seras alors capable de définir l’étendue de ton royaume, les compromis que tu refuses de faire, ce que tu es en mesure de partager.

Aimer c’est partager ce qu’on a, ce qu’on est. Si tu ne sais pas ce que tu as à offrir, à partager dans une relation, tu deviens ce produit qu’on malmène. Et cela, tu n’en veux plus.
Alors oui, peut-être devras-tu passer par quelques temps de solitude auparavant … mais ce n’est que du bon.




(**** Fallait pas tous les essayer ! mouhahaha !)

Cet article a 8 commentaires

  1. Cathy BAILLION

    Tellement juste, clair et précis… Merci Djeffa 🙂

  2. Nadège

    C’est tellement ça que l’on s’oublie pour plaire à l’autre alors que d’abord se plaire et s’aimer sont primordiales.
    Merci pour cet article

    1. Merci à toi aussi.
      Je reviens dans 15 jours pour parler de dépendance affective. Un gros piège

  3. Boissier

    Félicitations pour cet article qui résonne pour moi, c’est tellement « évident » qu’il faut avant tout se connaître et balayer devant sa porte pour être aimable.

    1. C’est tellement évident que c’est la dernière chose qu’on fait. Pourtant toutes les réponses sont en nous …

  4. MC

    Pertinent et percutant. Et si juste ! Bravo.

Laisser un commentaire