Trouver de l'argent pendant la pandémie

Trouver de l'argent pendant la pandémie

« She works hard for the money« . Et c’est bien triste. A l’heure où la France et d’autres pays dans le monde sont confinés à cause d’un coronavirus, la principale préoccupation après la peur de mourir est l’argent. Comment continuer à gagner de l’argent pendant cette pandémie où l’activité économique est ralentie ?

Je vois passer des pétitions surréalistes. Alors même que tu vas passer une grande majorité de ton temps chez toi, si tu ne fais pas partie des travailleurs obligés d’être sur site, certains demandent à ce qu’il n’y ait pas de loyer à payer pendant le confinement. Le reste du temps, quand tu partages ta vie entre ton travail et tes sorties, tu ne te préoccupes pas de la dévolution de cette partie de ton budget.

On a (un peu) ri quand on nous a dit que je ne sais plus quel magnat avait perdu des milliards en une semaine. On a (bien bien) pleuré quand on a réalisé que les petites entreprises et les professions libérales allaient (bien bien) manger leur race souffrir.

Tu sais pourquoi ? Parce qu’on a oublié que l’argent est un moyen et non pas un but.

En faisant de l’argent un but à atteindre, il est normal que tu paniques quand, selon toi, tu risques d’en manquer. Et alors tu te mets à penser à toutes tes dépenses d’ordre financier. Et ça repart en boucle. Et là, je t’entends râler et me dire que tu ne vas pas payer ton loyer en proposant tes charmes. Et ben voilà ! en cessant de te focaliser sur l’argent, tu l’as de fait, remis à sa place. Et ton insolence ta créativité t’a suggéré une solution. Le but est d’avoir un toit sur ta tête. L’argent, la prostitution, la colocation seront des moyens d’atteindre cet objectif.
Un autre exemple ? Tu participes à un marathon. Au bout de plusieurs kilomètres, tes chaussures te font mal. Si tu te focalises sur ces fichues godasses qui te blessent, la ligne d’arrivée te semblera de plus en plus loin, voire inatteignable. Alors que si tu te focalises sur ton but, pourquoi ne pas virer les sneakers ? Qui sait, peut-être que d’autres auront vu ta peine et seront accourus pour te soutenir ? Peut-être aurais-tu du envisager un semi-marathon et qu’il est temps de t’arrêter? Ces chaussures ne sont qu’un moyen, comme l’argent. Et quand ce moyen ne devient plus essentiel, la créativité, la solidarité ou le temps de faire une pause et de passer à autre chose se manifestent.

L’argent est en effet un outil fabuleux. J’aime beaucoup observer le manque. Dès lors que tu te focalises sur une chose qui te manque, tu découvres qu’il te manque plein de choses encore. Le manque attire le manque. Le manque crée le besoin, l’avidité, l’avarice, l’envie, le vol, la frustration… Plus tu vas te focaliser sur ce que tu n’as pas ou qui risque de te manquer, moins tu auras ce que tu désires, et à terme tu perdras encore plus. « Je n’ai pas », « J’ai besoin », « Il me faut » sont des fléaux.

L’Argent et la Santé sont liés. La Suite des Deniers dans le Tarot de Marseille le montre bien. Elle déroule la difficile balance entre ce qu’on donne et ce qu’on reçoit, nos collaborations, nos conciliations difficiles, nos attentes de résultats, le fait de se sentir rejeté du groupe en raison de notre santé, notre avarice etc.
Dans mes consultations, j’observe beaucoup les relations des gens avec l’argent. Dans ma vie personnelle, les déficits sur mon compte en banque parlent beaucoup, certes de ma mauvaise gestion, mais m’alertent toujours sur ma fatigue, ou sur des relations qui me vampirisent. J’ai même « vu » l’argent tomber du ciel dès lors que je me suis focalisée sur mes objectifs plutôt que sur les moyens. Par exemple, quand je prends le temps d’écouter et de donner un conseil ou de faire un tirage, et que je décide en mon âme et conscience de le faire gratuitement, je sais que je serai tôt ou tard gratifiée quand j’en aurai la nécessité et souvent au-delà de mes espérances.

Je vais te partager une parabole que j’aime beaucoup.
C’est un magnifique endroit dans la Nature. C’est luxuriant. Des arbres majestueux. Des fleurs odorantes et multicolores. Des fruits abondants. Des animaux de toutes espèces (même des batraciens …). Un jour, des hommes ont visité cet endroit et ont apprécié ce qu’ils ont vu. Ils ont goûté le calme du lieu. Ils se sont dit que ce serait bien de partager leur découverte et que les gens paieraient cher pour en profiter. Ils ont donc fait venir des architectes, des promoteurs immobiliers et ont construit un magnifique complexe touristique. La Nature a été éloignée pour que leurs plans voient le jour. Le complexe a eu quelques succès, puis l’engouement a décliné. Il est devenu désert, jusqu’à tomber en ruine.
Alors, la Nature a repris ses droits. Elle a envahi les ruines. Les animaux sont revenus. Les plantes ont refleuri.
Mais pourquoi te raconter cela quand tu le vis concrètement depuis le confinement ? Les renards arrivent dans les villes et on entend les oiseaux chanter. Même les crapauds peuvent se reproduire peinards sans voiture pour les écraser … La Nature ne connaît que l’abondance, voire la surabondance. L’homme et son mental ont besoin de planifier, de catégoriser, de conserver. Faisant ainsi, l’Homme oublie qu’il fait partie de la Nature et que lui aussi, en tant que Créature, est abondance et que tout est parfait. Ainsi dès lors que tu mets ton mental limité en action, tu perds cette capacité à être abondant, à faire au bon moment et de la meilleure façon pour toi et les autres créatures.

Je te propose un autre exemple : les Soignants.
Depuis plus de 10 ans leurs conditions de travail sont détruites par des mesures économiques de plus en plus drastiques pour eux, mais nourrissant une logique de profit. Pourtant, alors même que tu les voyais aux urgences avec leur brassard « en grève », cela ne t’a jamais gêné de venir consulter pour de la bobologie. En râlant de préférence. Voire en les insultant ou les agressant.
Aujourd’hui, alors que tu as peur de mourir, tu n’omets pas de les applaudir à 20h.
Crois tu que sans matériel de protection de base, c’est pour l’argent et ta reconnaissance passagère que ces héros de tous les instants hors pandémie travaillent ? Crois-tu que c’est pour l’argent qu’ils n’utilisent pas leur droit – légitime – de retrait alors qu’ils sont en première ligne et risquent de contaminer leurs familles ? Non. C’est pour la Vie. C’est pour l’Amour.

Alors et toi ?
Quels sont tes objectifs ?
Pourquoi es tu en vie ? Pourquoi as-tu « en-vie »?
Quand tu auras fini de t’agiter à faire le ménage, et compter tes sous, peut-être pourras-tu enfin utiliser ce temps de confinement à bon escient …
Tu pourras te rendre compte que tu as tout ce qui t’es nécessaire pour aujourd’hui. Voire que tu es tout ce qui est nécessaire pour aujourd’hui. « Demain s’occupera de lui-même » (Matthieu 6:34)***

Découvrir ou te souvenir de Toi, ton Abondance, ta Créativité. Découvrir que tu es l’Amour appelé à se répandre pour le Bien commun.

*** Je prendrai le temps de te donner le point de vue de Jésus sur l’argent à travers quelques citations

Cet article a 9 commentaires

  1. laure

    pourquoi ai je la sensation que ce que tu décris nous uni et nous a déjà par le passé réuni..tellement vrai. j admire tous les jours ces abeilles dans ma résidence qui reprennent leur place. et remercie le ciel de ce rappel. et je te remercie toi

    1. Parce que nous partageons la même foi, même si nous L’appelons différemment.
      Et aussi parce que tu as déjà été Sa providence dans ma vie

  2. Maingraud

    Merci ma Djeffa de ce lumineux texte.
    Il me parle bcp ^^ et pas que parce que tu y parles de batraciens !!
    Je te love ma belle 🐸😘

  3. Cath

    <3 merci pour ce magnifique "exercice" ! de beaux rappels à notre conscience endormie <3

  4. Cathy Baillion

    Merci Djeffa ! Redonner leur vraie valeur aux choses… on peut y arriver, un peu, en ce moment mais il me faudra être vigilante ensuite
    🙏

  5. Anso

    Tellement beau, tellement juste et tellement… riche ! Ce texte donne de formidables pistes pour avancer, et la chaussure du marathonien va rester pour moi un beau point de repére.
    Merci 🙏💕

Laisser un commentaire